Bardhar / Bahir Dar

La Ville de Bardhar (Bahir Dar) fut nommé d'après l'Eglise de Bahir Dar Giyorgis (St Georges de la Mer). L'Eglise fut fondé au début du 14ème siècle par l'Empereur Amda Tsion ou d'après une autre source fin du 13ème siècle par le restaurateur de la dynastie salomonique l'Empereur  Yekouno Amlak, elle fut dédicacée à Kiddist Maryam. L'Eglise Bahir Dar Giyorgis fut détruite par les italiens pendant la guerre en représailles au mouvement anti-colonial des patriotes. Dans les années soixante, Sa Majesté l'Empereur Haile Selassie I reconstruit à cette place une église encore plus majestueuse que vous apercevrez sur les photos.

Le Lac Tana

La balade sur les bords du Lac Tana prend environ 1h30. Le chemin part de l'Hôtel Tana, un hotel de prestige, et permet de rejoindre le centre ville. Une promenade à faire pour tous les passionnés d'oiseaux où vous pourrez découvrir plusieurs espèces endémiques de l'Ethiopie. Le Lac Tana est le plus grand lac d'Ethiopie (3500 km2), 37 îles le composent où vivent des moines depuis le 14ème siècle (sous le règne du Roi Amda Tsion et du Roi Nerga Selassié), elles accueillent une vingtaine d'églises orthodoxes d'Ethiopie. Certains monastères sont interdits aux femmes. La balade sur le lac Tana vous permettra de découvrir certaines îles, et la faune du lac, hippopotames et oiseaux.

De Bahir Dar (Bardhar)  à Addis Abeba

La route de Bahir Dar nous amenant à Addis Abeba nous fait traverser la fameuse Vallée du Grand Rift. Faille qui préserva l'Abyssinie pendant plus de 1500 ans des désirs coloniaux et esclavagistes des occidentaux.

La route Bardhar Addis Abeba est coupée par deux ponts traversant le Nil que vous pouvez voir en photo. Le premier pont fut construit par les italiens en 1935 pour se rendre à Addis Abeba lors de la guerre. Le deuxième fut inauguré par l'Empereur Haile Selassie I en 1961. C'est un endroit panoramique où vous pourrez prendre de magnifiques photos, en contre bas vous observerez des hippopotames et les fameux crocodiles du Nil pouvant mesurer jusqu'à 7 mètres. Par contre vous devez demander la permission aux gardes pour prendre des photos. Lors de mon passage, des tensions avec l'ethnie Oromo, nous empêchèrent de nous arrêter en prendre, j'ai pu néanmoins lors du control militaire avoir l'autorisation de prendre les ponts en photo.